User avatar
By Remy
#63780
Abu Hurayra




Il a rapporté du Prophète Mohammed (pslsf) avec excès. Les six livres de Hadith Sahih et le reste des livres Sunnites ont cité de lui beaucoup de traditions. Devant ce grand nombre de traditions, nous n'avons pas de voie sauf rechercher à leurs sources, car elles concernent directement notre vie religieuse et mental . Autrement nous nous écarterions d'elles et de leur narrateur afin de prendre soin de quelque chose de plus important.
Mais ces nombreuses traditions propagées dans les branches et les fondamentaux de la religion ont rendu tous les Sunnites des quatre sectes et les Ash'arites et leurs lecteurs en confiance et dépendants [d'elles] quand elles traitent de la Sharia. Donc il n'y a eu aucune voie sauf faire des recherches sur le narrateur lui-même et ses traditions pour être certain au sujet des lois d'Allah (swt) et Sa Sharia.



Son Nom et sa Généalogie


Abu Hurayra était obscure dans son ascendance et sa famille. Les gens étaient très différents à propos de son nom et celui de son père. Son nom était inconnu durant l'ère pré-Islamique et Islamique.[4] Il était connu par son surnom. Il était de Douss. C'était une tribu Yéménite descendante de Douss bin Adnan bin Abdullah bin Zahran bin Ka'b bin al-Harith bin Ka'bin Malik bin an-NaDhar bin al-Azd bin al-Gouth.
 Il a été dit[5] que le nom de son père était Omayr et qu'il était le fils de Aamir bin Abd Thi ash-Shara bin Tareef bin Abu Sa'bbin Hunayya bin Sa'd bin Tha'laba bin Sulaym bin Fahm bin Ghanam bin Douss.

Sa mère était Omayma bint ( fille de) Sufayh bin al-Harith bin Shabi bin Abu Sa'b bin Hunayya bin Sa'd bin Tha'laba bin Sulaym bin Fahm bin Ghanam bin Douss. [6] Son surnom était Abu Hurayra à cause d'un petit chat qu'il aimait. [7] J'avais l'habitude de jouer avec lui.” Ibn Sa'd dans son Tabaqat, dans la biographie de Abu Hurayra a mentionné que Abu Hurayra a dit : “Je faisais pâturer des moutons et j'avais un petit chat. Quand la nuit arrivait je le mettais dans un arbre et au matin je le prenais pour jouer avec, alors ils m'ont appelé Abu Hurayra.) Quiconque a écrit au sujet de la biographie de Abu Hurayra a mentionné cela ou quelque chose comme cela. Il gardait son affection/tendresse pour son chat et jouait avec lui pendant les jours de l'Islam jusqu'à ce que le Prophète Mohammed (pslsf) le voit mettre son chat dans la manche. Cela a été mentionné par al-Fayrooz Abadi dans son livre Al-Qamoos Al-Muheet, article de (hirra).)) Peut-être était-ce à cause de son affection pour son chat qu'il a rapporté une tradition que le Prophète Muhammad (pslsf) aurait dit : “Un femme sera en enfer à cause de son chat. Elle l'avait attaché. Elle ne l'a ni nourri ni laissé se nourrir des insectes sur le sol.” [8] Aa'isha ( la femme du Prophète (pslsf) ) dément cette tradition comme vous allez le lire à sa place dans ce livre inshAllah (swt).

Notes: :
[4] Ceci a exactement été mentionné par Abu Omar bin Abdul-Birr dans la biographie de Abu Hurayra dans son livre Al-Issti'ab. Si vous lisez au sujet de sa biographie dans d'autres livres comme Al-Issaba, Usdul-Ghaba, ibn Sa'd's Tabaqat et d'autres vous trouverez que son ascendance et sa lignée étaient obscure.
[5] par Muhammad bin Hisham bin as-Sa’ib al-Kalbi mentionné dans Ibn Sa'd's Tabaqat dans la biographie de Abu Hurayra et certifié par Abu Ahmed ad-Dimyati comme dans Ibn Hajar's Issaba dans la biographie d'Abu Hurayra.
[6] Comme il a été mentionné par Ibn Sa'd dans son Tabaqat pg.52, partie 2, vol. 4.
[7] Ibn Qutayba ad-Daynouri a mentionné dans son livre Al-Ma'arif pg.93 que Abu Hurayra a dit : “J'ai été surnommé Abu Hurayra à cause d'un petit chat (en Arabe, hirra signifie chat et hurayra signifie petit chat ) chaton ”
[8] Mentionné par al-Bukhari dans son Sahih, vol.2 au chapitre du “Commencement de la création”, pg.149 et par Ahmed bin Hambal dans son Musnad, vol.2 pg.261.
[/color]


Le Début de sa vie, devenu Musulman et son compagnonnage avec le Prophète (pslsf)

Il est né au Yémen et y a grandit jusqu'à ce qu'il soit âgé de plus de trente ans. [9] Il était si ignorant qu'il n'avait pas la moindre perspicacité, ni une petite perception. Il était un pauvre oublié par l'âge, un orphelin touché par la pauvreté, servant ceci et cela, homme ou femme juste pour nourrir son estomac, [10] pieds nus, dénudé, content de cette disgrâce, consolé avec sa condition.
Mais quand Allah (swt) a confirmé Sa mission d'apôtre à Médine après la bataille de Badr, Uhud et al-Ahzab etc etc, il n'y avait pas de chemin où aller pour ce misérable pauvre à part dans l'Islam. Il a émigré pour rendre hommage au Prophète Mohammed (pslsf) après la bataille de Khaybar à la septième année de l'Hijra selon tous les historiens.
Concernant son compagnonnage avec le Prophète (pslsf), c'était trois ans comme il a déclaré dans une de ses traditions mentionnées par al-Bukhari.[11]


Notes: :

[9] Je suis venu du (Yemen) quand le Prophète (pslsf) était à Khaybar. J'avais alors plus de trente ans.

[10] Abu Hurayra a dit de lui-même et a dit comme mentionné dans sa biographie dans Issaba, Hilyatul-Awliya, et d'autres livres : “ J'étais un serviteur pour ibn (fils de) Affan et bint (fille de) Ghazwan. Je menais leurs sumpters (?) quand ils montaient, et les servait quand ils descendaient juste pour la nourriture pour rester en vie.”
[11] Dans son Sahih, (pg.182 dans la copie de l'auteur du Sahih), vol.2 à la section “Signes de la prophétie en Islam”. Aussi mentionné dans la biographie de Abu Hurayra dans Issaba et Tabaqat.



A l'époque du Prophète (pslsf)


Lorsque Abu Hurayra est devenu un musulman, il a rejoint les plus démunis de Suffa qui, comme l'a dit Abul-Fida 'dans son livre Al-Tareekh al-Mukhtassar (brève histoire), étaient des gens pauvres sans maisons ou famille. Ils dormaient dans la mosquée et ils y sont restés à l'époque du Prophète (pslsf). Suffa était leur refuge, Alors ils ont été appelés par ce nom (ahl AS-Suffa). Lorsque le Prophète (pslsf) prenait son dîner, il invitait certains d'entre eux à dîner avec lui et envoyait quelques autres pour dîner avec ses compagnons. Un des célèbres habitants de Suffa était Abu Hurayra. [12]
Abu Na'im al-Isfahani dit dans son livre Hilyatul-Awliya '[13] que Abu Hurayra était l’habitant le plus célèbre de Suffa. Il y vécu le long de la vie du Prophète (pslsf) et il n’est pas parti de là-bas. Il était l'introducteur de Suffa.
Il a dit à propos de lui-même qu'il était l'un des habitants démunis de Suffa, dans une longue tradition mentionnée par al-Bukhari. [14]
Abu Hurayra a dit comme mentionné dans Sahih al-Bukhari [15]: «J'ai vu soixante-dix des habitants de Suffa [16], aucun d’eux n’avait d’habillement sur lui. Ils avaient soit un pagne ou un morceau de tissu attaché à leur cou, certains atteignaient la moitié de leurs jambes et d’autres allaient jusqu’au talons, qu'ils serraient afin que leurs parties intimes ne soient pas vues.
Al-Bukhari a mentionné une autre longue tradition [17] qu’Abu Hurayra a dis: ll s’est tenu auprès du Prophète SAWAS juste pour la nourriture.
Et une autre tradition rapportée par Ibnul-Musayyab et Abou Slama qu’Abu Hurayra a dit [18]: “Je me tenais auprès du prophète (pslsf) juste pour la nourriture“
Dans une autre tradition, il a parlé de lui-même [19]: Je suis l'un des habitants de Suffa. Une fois je suis resté à jeun. Je souffrais d'un mal de ventre. Je suis allé me soulager et quand je suis revenue, je trouve que la nourriture a été mangée. Les gens riches de Quraysh avaient l’habitude d’envoyer de la nourriture aux habitants de Suffa. J’ai dis: vers qui dois-je aller? On m'a dit d'aller vers Omar bin al-Khattab. Je suis allé vers lui. Je l'ai trouvé occupé louant Allah (swt) après la prière. J'ai attendu jusqu'à ce qu'il termine. Je lui ai dit: Récite-moi un peu de Coran, je ne veux rien sauf la nourriture. Il a récité quelques versets de la sourate (Aal Imran). Il entra et me laissa à la porte. Il était en retard. Je pensais qu'il changeait ses vêtements, puis m’apporterait un peu de nourriture. Ce n’était rien de cela. Je suis allé rencontrer le Prophète Muhammad (pslsf). Je suis allé avec lui jusqu'à notre arrivée à sa maison. Il a appelé sa domestique (de peau foncée) [20] et lui a dit: "Apporte-nous ce bol." Elle nous a apporté un bol avec un peu de nourriture ingérée restée à ses côtés. Je pensais que c’était de l'orge. Je mangeais jusqu'à en être rassasié ".
Il se décrit souvent en disant [21]: «Je jure par Allah (swt), qu’il n'y a de Dieu en dehors de Lui, que je dormais par terre et je mettais une roche sur mon ventre à cause de la faim. Une fois assis sur leur chemin, par lequel ils (Le Prophète pslsf et ses compagnons) sortaient de la mosquée. Abu Bakr passa près de moi. Je lui ai demandé un verset coranique juste pour me donner un peu de nourriture. Il est parti sans me donner quoi que ce soit. Puis Omar passa près de moi et je lui ai demandé la même chose. Il est parti sans me donner de la nourriture. Ensuite, le Prophète Muhammad (pslsf) passa près de moi. Il a sourit quand il m'a vu et savait ce qui était dans mon esprit. Il a dit: "Abu hirr [22]. J’ai dis: “Je suis là." Il a dit: ". Suis-moi" Il est allé et je l'ai suivi. Il est allé dans sa maison et m'a permis d'entrer. Nous avons trouvé une tasse de lait. Il a demandé: «D’où vient ce lait? Il (gens de la maison) a déclaré: «C’est un cadeau de quelqu'un." Il a dit: "Abu hirr, Vas et invites les habitants de Suffa à venir». Ils étaient les invités de l'Islam. Ils n’avaient pas de famille avec qui vivre. Quand le Prophète (pslsf) a obtenu certaines charités, il les envoyait toutes et lorsqu’il reçu un cadeau il le partageait avec eux.
Je suis devenu perturbé. Je pensais que j’étais plus méritant que ceux de Suffa pour prendre ce verre de lait. Je pensais que s'ils venaient, le Prophète (pslsf) m’ordonnerait de leur donner du lait. Alors qu'est-ce que je pourrais obtenir de ce lait? Je devais obéir au Prophète. Je suis allé les inviter. Ils sont venus et ont demandé la permission. Ils ont été autorisés à entrer et prendre leurs sièges. Le Prophète (pslsf) a dit: "Abu hirr, prends une tasse de lait et donnes leur à boire.» Je pris la tasse de lait et leur donna un après l'autre et ils furent rassasiés jusqu'à ce que j’arrive au Prophète. Il prit la coupe, sourit et dit: ". Abu hirr, personne ne reste à part moi et toi" je lui ai dit: ". C'est vrai" Il a dit: ". Assis-toi et boit" Je me suis assis et j’ai bu. Il m'a demandé de boire, aussi. J'ai bu. Il continuait à me demander de boire jusqu'à ce que je dise : «Je jure par Allah (swt), qui vous a envoyé avec la justesse, que je ne peux boire plus." Il a dit: ". Montres-moi" je lui ai donné la coupe. Il a loué Allah (swt) et a dit, au nom d'Allah (swt), et il a bu le reste. "[23]
En outre, il a été mentionné dans le Sahih al-Bukhari [24] que Abu Hurayra a dit: «Je me suis souvent évanouie entre le minbar du Prophète (pslsf) et la chambre de Aa'isha. Les arrivants mettaient leurs pieds sur mon cou pensant que j'étais fou. Mais je n’étais pas fou. C’était juste à cause de la faim ".
Thujjanahayn (deux ailes) Ja'far bin Abou Talib était très charitable, sympathique et donnait l’aumône aux pauvres. Il a souvent nourrit Abu Hurayra quand il avait faim. Donc Abu Hurayra le soutenait et le considérait comme le meilleur des gens après le Prophète (pslsf), comme il a été mentionné dans al-Issaba (la biographie de Ja'far).
Al-Bukari a mentionné [25] qu’Abu Hurayra a dit: "Les gens disent que Abu Hurayra a rapporté beaucoup de traditions. Je me gardais près Prophète (pslsf) juste pour satisfaire ma faim. Je ne mangeai pas bonne nourriture, ni porté de nouveaux vêtements. Je n’étais servi par personne. Je collais mon ventre à terre à cause de la faim. J'ai demandé à certaines personnes de me réciter un verset coranique, que je connaissais déjà, qu'ils pourraient m’inviter pour un peu de nourriture. Le meilleur pour les pauvres était Ja'far bin Abu Talib. Il nous emmenait avec lui pour nous donner ce qu’il y’avait à manger dans sa maison. [26]
Al Baghawi a mentionné une tradition racontée par al-Maqbari [27] que Abu Hurayra avait dit: "Ja'far bin Abu Talib aimait les pauvres et s’assied avec eux. Il les servait et ils le servaient. Il leur parlait et ils lui parlaient. Par conséquent, le Prophète Muhammad (pslsf) l'a appelé père des pauvres ». [28]
At-Tarmithi et un-Nassa'ei ont mentionné que Abu Hurayra avait dit: «Personne, qui a mis des chaussures, monté des bêtes et marché au sol, était mieux que Ja'far bin Abu Talib après le Prophète Muhammad (pslsf). "[29]

Suffa était la maison d’Abu Hurayra, jour et nuit. Il ne l’a pas quitté jusqu’à ce que le prophète (pslsf) quitte cette vie mondaine évanescente et rejoint les Compagnons bienfaisants. Avant qu’Abu Hurayra n’ait achevé tout ce qui était en mesure de remplir son estomac, il restait sur le chemin des passants et se plaignait de sa faim. Aucune grande affaire n’a attiré son attention. Il a été mentionné, ni dans la guerre ni dans la paix. Oui! Il a été mentionné qu'il a fui de l'armée dans la bataille de Mu’ta. [30]
Il prétendait être l’un de la délégation envoyée à la Mecque par le Prophète (pslsf) avec l'Imam Ali (psl) portant la sourate de Bara'a, et qu'il annonçait dans la journée d'un grand hajj jusqu'à ce que sa voix devienne rauque. Il avait deux traditions contradictoires à ce sujet. Vous les verrez dans certains chapitres de ce livre, inshAllah (swt).
Il prétendait que le Prophète (pslsf) lui fit aumônier de garder la zakat de Ramadan dans une longue tradition. [31]



Notes:

[12] Se référer au chapitre: (The last days of the Prophet’s life: Les dérniers jours de la vie du Prophète ) en mentionnant les compagnons du prophète.
[13] Vol. 1, pg.376 (Abu Hurayra’s biography: La Biographie d’Abu Hurayra).
[14] Sahih, first page of vol. 2.
[15] Vol.1 Chapitre de 'prière', section sur “sommeil des gens dans la mosquée”, pg.60.
[16] Ces Soixante dix homes de Suffa étaient martyres de (Ma’ouna well) Avant qu’Abu Hurayra devienne Musulman. C’est comme sa tradition quand il a dit: ( Je suis entré dans la maison de Ruqqaya et elle avait un peigne dans sa main…) Alors qu’elle était morte avant son arrivé à Médine
[17] Sahih, vol.1 Chapitre de “Knowledge: Savoir”, section de “Memorizing knowledge: Mémoriser le savoir”, pg.24. Il a aussi été mentionné par d’autres comme Abu Na’eem dans son livre Hilyatul-Awliya’.
[18] Al-Bukhari’s Sahih, vol.2, pg.1.
[19] Abu Na’eem’s Hilyatul-Awliya’, vol.1, pg.378.
[20] Nous n’avons jamais su ou entendu qu’il y’avait une domestique noire dans la maison du prophete.
[21] Al-Bukhari’s Sahih, vol.4 Chapitre 'mots gentils', section sur “Comment le Prophète et les compagnons ont vécu”, pg. 81 and Abu Na’eem in his book Hilyatul-Awliya’ (Abu Hurayra’s biography).
[22] Abu Hurayra: Hirr est un chat, Hurayra est un chaton.
[23] Cette tradition est mentionnée dans Sahih Al bukhari dans plusieurs lignes du livre, ce qu’il considère être un des miracles du prophète –si c’était vrai. On ne sait pas pourquoi ça n’a pas été narré par d’autre que Abu Hurayra, au moins par un qui a participé lorsqu’ils ont bu le lait. Y’avait-il une nécessité à ce défi et inimitabilité? Y’avait-il une nécessité de briser les règles naturelles? Les miracles ne se font pas à moins qu'il y ait une nécessité, même si nous croyons en inimitabilité d'Allah (swt) et ses apôtres. Il est évident que cette tradition a été inventé par Abu Hurayra pour se flatter par rapport aux gens ordinaires surtout après la mort des grands compagnons et ceux que Abu Hurayra craignait.
[24] Vol.4, Chapitre “Seeking Quran and Sunna: A la recherché du coran et la Sunna”, section on “What the Prophet (S) has mentioned and encouraged ..: Ce que le prophète à mentionné et encouragé…”, pg.175.
[25] Sahih, vol.2 section on “Virtues of Jafar”, pg.197. ça a été mentionné par Abu Na’eem dans son livre Hilyatul-Awliya’, vol.1, pg.117.
[26] Ibn Abd Rabbuh al-Andalussi a mentionné dans son livre al-Aqd al-Fareed, vol.1 que Abu Hurayra a dit: “Un jour j’ai suivi Ja’far bin Abu Talib t j’avais faim. Quand il a atteint sa maison, l s’est retourné et m’a vu. Il m’a demandé d’entrer. Je suis entré. Il a pensé un moment mais il ne trouvait rien à manger excepté un sac y contenant du beur. Il l’a apporté d’une étagère et l’a ouvert entre nous. On a commencé à lécher ce qu’il y’avait pendant qu’il récitait de la poésie: Allah (swt) n’a pas demandé à une personne plus que ce qu’il peut et une main ne donne pas généreusement excepté de qu’elle a.
[27] Se référer ào al-Issaba by ibn Hajar (Ja’far’s biography: La biographie de Ja’afer).
[28] Ca a aussi été mentionné par Abu Na’eem dans son livre Hilyatul-Awliya’, vol.1, pg.117, narré par al-Maqbari d’Abu Hurayra.
[29] Aussi mentionné par Ibn Abdul-Birr dans son livre al-Isstee’ab.
[30] Se référer al-Mustadrak, vol.3, pg.42, vous constaterez que Abu Hurayra a été blâmé pour cela et il ne savait pas quoi dire.
[31] Al-Bukhari’s Sahih, vol.2 Chapitre de: Wikala, section si un homme donne de l'argent à un autre et lui demande d'agir en son nom, pg.29.



L'Age Des Deux Premiers Califes


Nous avons fait des recherches (sur) l'ère des deux califes, Abu Bakr et Omar bin Khattab, et investigué (sur) ce qui s'est passé en leurs jours mais nous n'avons rien trouvé à noter à propos de Abu Hurayra mise à part le fait que Omar l'a envoyé pour être le wali du Bahreïn en l'an vingt-et-un de l'Hégire.[32] En l'an vingt-trois le calife Omar l'a destitué et a nommé Othman bin Abul-Aass ath-Thaqafi[33].
Le calife ne l'a pas seulement destitué mais il a également sauvé de lui dix-mille dinars pour la trésorerie, alléguant qu'il les avait volé, qu'ils appartenaient aux Musulmans. Ce fût une affaire célèbre. Ibn Abd Rabbih al-Maliki a mentionné (dans son livre al-Aqd al- Fareed, dans la première page du vol. 1) que le calife Omar appela Abu Hurayra et lui
 dît : '' Tu sais bien que je t'ai désigné comme wali du Bahreïn et tu étais pieds nus et maintenant il vient à mes oreilles que tu as acheté des chevaux pour un millier et six- cent dinars.'' Abu Hurayra dît : '' Nous avions quelques chevaux que ...... et les dons ont été cumulés. ''Le calife dît : '' J'ai compté tes moyens de subsistance et revenus et j'ai trouvé qu'ils étaient plus que les tiens et tu dois les rendre. '' Abu Hurayra dît : '' Tu ne peux pas faire ça. '' Omar dît : '' Si, je peux et je vais te frapper dans le dos. '' Puis Omar se leva et le frappa avec un bâton[34] jusqu'à ce qu'il le blesse et lui dît : '' Paye l'argent en retour. '' Abu Hurayra dît : '' Exemptes-moi (en) pour l'amour d'Allah (swt). '' Omar dît : '' Ca le serai si c'était halal et que tu le payais en retour par obéissance. Es-tu venu du
giron le plus éloigné du Bahreïn avec les taxes du peuple dans tes poches, ni pour Allah (swt) ni pour les Musulmans ? Omayma t'a engendré juste pour faire paître les
ânes. ''[35]
Ibn Abd Rabbih a mentionné que Abu Hurayra a dit : '' Quand Omar m'a destitué au Barhreïn, il m'a dit : '' Ô ennemi d'Allah (swt) et ennemi de son Coran, as-tu volé la richesse des Musulmans ? '' Abu Hurayra a dit : '' Je ne suis pas un ennemi d'Allah (swt) ou de Son livre, mais je suis un ennemi des tes ennemis. Je n'ai pas volé la richesse des Musulmans. '' Omar a dit : '' Alors comment as-tu obtenu dix-mille dinars ? '' Il a dit :
''Nous avions quelques chevaux qui ont porté, des dons qui se sont accumulés et des actions '' Omar m'a prit l'argent mais lorsque j'ai accompli la prière du Fajr (Aube), j'ai demandé à Allah (swt) de lui pardonner. Cette tradition a également été mentionnée par Ibn Sa'd dans son livre at-Tabaqat al-Kubra ( la biographie d'Abu Hurayra)[37] rapportée par Muhammad bin Seereen que Abu Hurayra avait dit : "Omar m'a dit : "Ô ennemi d'Allah swt et ennemi de son Coran, as-tu volé la richesse des Musulmans…etc. " Ibn Hijr a mentionné cette tradition dans son livre al-Issaba mais l'a modifié et a changé la vérité d'une manière différente des autres afin de purifier la renommée de Abu Hurayra. Mais il a oublié qu'il a diffamé l'homme qui a frappé Abu Hurayra dans le dos et prit son argent et l'a destitué.

Notes:
[32] Quand le wali, al-Ala' bin al-Hadhrami, qui a été désigné par le Prophète (pslsf), Abu Bakr et Omar, est mort.

[33] Cela a été mentionné dans l'Histoire d'Ibnul-Atheer et par d'autres quand ils parlent au sujet des incidents de cette année (23AH).
[34] Un bouquet sec de dattes qu'il avait l'habitude de tenir dans la main.

[35] Un proverbe. Omayma était le nom de sa mère. Ce discours du calife était le pire des abus.

[36] Pg.104, Impression d'Egypte.

[37] Vol. 4 pg.90.


A L'âge de l'Imam Ali (psl)

La voix de Abu Hurayra s'est calmée pendant le règne de l'Imam Ali (psl). Il a été à nouveau enveloppé dans l'obscurité et il était sur le point de revenir à son premier état. Il s'est détourné de l'Imam Ali (psl) et n'a pas essayé de l'assister. En fait sa destination était les girons des ennemis de l'Imam Ali (psl).
Une fois, Mu'awiya a envoyé Abu Hurayra et an-Nu'man bin Basheer – Ils étaient à Damas- à l'Imam Ali (psl) pour lui demander d'envoyer les tueurs de Othman à Mu'awiya afin de les punir d'avoir tué Othman. En faisant ainsi Mu'awiya voulait que lorsqu'ils reviendraient à Damas, ils seraient une excuse pour lui et blâmeraient l'Imam Ali (psl), en sachant que l'Imam Ali (psl) ne lui enverrai pas les tueurs de Othman. Donc il voulait faire de Abu Hurayra et an-Nu'man des évidences devant le peuple de Damas pour leur montrer que Mu'awiya avait un prétexte pour combattre l'Imam Ali (psl).
Mu'awiya a dit à Abu Hurayra et an-Nu'man : '' Allez vers Ali et demandez-lui de nous envoyer les tueurs d'Othman car il les a abrité. S'il le fait, il n'y aura pas de guerre entre lui et nous. S'il refuse, vous serez témoin contre lui. Puis vous irez devant les gens leur dire ça. '' Puis (ils) sont allé vers l'Imam Ali (psl). Abu Hurayra lui a dit : '' Ô Abu Hassan[43], Allah (swt) t'a donné une vertu et un honneur en Islam, car tu es le cousin du Prophète Mohammed. Ton cousin (Mu'awiya) nous a envoyé te demander quelque chose pour calmer cette guerre et mettre un terme à l'hostilité entre vous, qui est de lui envoyer les tueurs de son cousin Othman pour les tuer et qu'Allah (swt) puisse vous réconcilier. Ainsi la nation sera en sécurité de la sédition et du désaccord. ''
Puis an-Nu'man a dit quelque chose comme ça. L'Imam Ali (psl) leur a dit : '' Ne parlons pas de ça. Ô Nu'man, parles moi de toi. Es-tu le meilleur de ton peuple (Ansar)[44] en guidance ? '' Il a dit : '' Non. '' L'Imam Ali (psl) a dit : '' Tout ton peuple m'a suivi sauf trois ou quatre déviants/pervertis parmi eux. Es-tu l'un des déviants/pervertis ? '' An- Nu'man a dit : '' En vérité je suis venu pour être avec toi et rester avec toi, mais Mu'awiya m'a demandé de te dire ça. J'espérais que ça serai une cause pour moi pour te rencontrer et j'espérais qu'Allah (swt) puisse vous réconcilier. Si tu vois quelque chose d'autre que ça, je serais avec toi et ne te quitterai pas. ''
Les historiens ont dit que l'Imam Ali (psl) n'a pas dit un mots à Abu Hurayra. Il était parti à Damas et a dit à Mu'awiya au sujet de ce qui s'était passé. Mu'awiya lui a ordonné de dire ça aux gens. Il l'a fait et a fait beaucoup de choses qui ont satisfait Mu'awiya. An- Nu'man a vécu avec l'Imam Ali (psl) et ensuite a fui à Damas et a dit aux gens ce qui s'était passé à la fin de cet incident. [45]
Quand c'est devenu sérieux et que la guerre a commencé, la terreur est entrée dans le cœur de Abu Hurayra faisant trembler ses jambes. Au début de la sédition il ne doutait pas qu'Ali gagnerai la guerre, donc il s'est blottit au sol et a découragé les autres afin de ne pas aider l'Imam Ali (psl) en disant de fausses traditions prophétiques en secret. L'une de ses traditions était qu'il a alors dit : '' J'ai entendu le Prophète (pslsf) dire : '' Il y aura une sédition ; être assit est meilleur que d'être debout et être debout est meilleur que de marcher et marcher est meilleur que de courir. Quiconque trouve un abris, laissez-le y avoir recours. ''[46]
Abu Hurayra restait comme il était jusqu'à ce que les Kharijites se rebellent contre l'Imam Ali (psl) et que Mu'awiya devienne plus fort. Il a occupé l'Egypte et a tué son wali Mohammed bin Abi Bakr, qui était désigné par l'Imam Ali (psl). Il a commencé à ravager et faire des raids contre l'état de l'Imam Ali (psl). Il a secrètement envoyé Bissr bin Arta'a avec une armée de trois-mille soldats au Hijaz et au Yémen ravageant et faisant des dégâts là-bas. Ils ont tué, brûlé et ont sauvagement mit en pièce les gens. Ils ont profané les lois d'Allah (swt). Ils ont déshonoré l'honneur des femmes et capturé les garçon et les filles des Musulmans [là-bas] pour noircir le visage de l'histoire. Après toutes ces atrocités, Bissr a extorqué l'hommage à Mu'awiya de tout le peuple du Hijaz et du Yémen. [47] Puis Abu Hurayra a dévoilé ce qui était caché dans son cœur à Bissr bin Arta'a. Bissr trouvait qu'il était sincère envers Mu'awiya et fidèle à prendre hommage des gens à Mu'awiya. Bissr a nommé Abu Hurayra en tant que wali de Médine quand il est parti après avoir ordonné aux gens de lui obéir. Il a mené les gens dans les prières et pensait qu'il était le vrai wali jusqu'à ce que Jariya bin Qudama as-Sa'di soit venu à Médine avec deux-mille cavaliers envoyés par l'Imam Ali (psl). Abu Hurayra menait les gens dans l'accomplissement des prières. Il a fui. Jariya a dit:[48] '' Si je trouve Abu Sannour[49], je le tuerai.''
Quand Jariya était au Hijaz, il savait que l'Imam Ali (psl) avait été martyrisé. Il a prit hommage à l'Imam Hassan bin Ali bin Abu Talib (psl) et est revenu à Kufa. Abu Hurayra est retourné à Médine menant les prières[50] et est devenu plus fort jusqu'à ce que Mu'awiya ai dominé.

Notes: :

[43] L'un des surnoms de l'Imam Ali (psl).

[44] (assistants). Les gens de Médine qui croyaient et assistaient le Prophète et ses compagnons quand ils ont émigré de la Mecque à Médine.

[45] Cet incident été mentionné par Ibrahim bin Hilal ath-Thaqafi dans son livre al- Gharat et par Ibn Abul-Hadeel dans son livre Sharh Nahj al-Balagha, vol.1, pg.213. Laissons celui qui veut connaître les détails s'y référer, pour voir les intentions de Mu'awiya et les mauvais fonctionnements de an-Nu'man dans cet incident. L'Imam Ali (psl) s'est détourné de Abu Hurayra et ne lui a pas parlé car il a vu que Abu Hurayra voulait bien dire qu'il flattait Mu'awiya et avait vendu sa foi à Mu'awiya pour une courte vie mondaine. L'Imam Ali (psl) savait quel était le but de Mu'awiya en envoyant ces deux hommes, donc il ne leur a pas répondu, ni positivement ni négativement. En fait il s'est détourné de leur demande et a parlé avec an-Nu'man à propos de quelque chose d'autre. Il a montré sa politique compacte.
[46] Cela a été mentionné par Ahmed bin Hanbal dans son Musnad, vol.2, pg282. C'était faux, car Allah (swt) dit: { Et si deux groupes de croyants se disputent, établissez la paix entre eux ; mais si l'un d'eux agit à tord envers l'autre, combattez celui qui agit à tord jusqu'à ce qu'il revienne au commandement d'Allah (swt).} 49:9.
[47] Se référer à Sharh an-Nahj al-Hameedi, vol.1, pg.116-121 pour les détails. Tous les historiens, qui ont écrit au sujet des incidents de l'année quarante de l'hijra, ont mentionné cet événement commit par Mu'awiya. Cela est célèbre comme la bataille de Harra et at-Taff de son fils Yazeed.
[48] Mentionné par Ibrahim bin Hilal ath-Thaqafi dans son livre al-Gharat et par Ibn Abul-Hadeed dans son livre Sharh Nahjul-Balagha, vol.1, pg.128.
[49] En Arabe (sannour) signifie chat. Jariya veut parler de Abu Hurayra.
[50] Fait mention au chapitre 8


A L'âge de Mu'awiya

Abu Hurayra a vécu les meilleurs jours de sa vie durant le règne de Mu'awiya. Mu'awiya a réalisé beaucoup des espérances de cet homme, donc il a dit des traditions comme Mu'awiya voulait. Il disait aux gens des traditions incroyables au sujet des vertus de Mu'awiya et quelques autres. Dans l'état de Mu'awiya les traditions fabriquées dépassaient les limites selon ce que ses médias voulaient et ce dont ses politiques avaient besoin pour contrarier les Hashémites. L'état de Mu'awiya avait beaucoup de menteurs fabriquant des traditions prophétiques comme le Prophète (pslsf) avait mit en garde. Ils étaient avancés dans l'invention de traditions conformément avec ce dont ils avaient été inspirés par les dirigeants. Le premier d'entre eux était Abu Hurayra. Il a dit aux gens d'abominables traditions traitant des vertus de Mu'awiya. L'une de ces traditions a été mentionnée par Ibn Assakir de deux manières, Ibn Adiy de deux manières, Muhammad bin Mubarak as-Souri en sept manières et al-Khateeb al-Baghdadi qandi en huit manières qu'Abu Hurayra a dite : « J'ai entendu le Prophète (pslsf)
dire : '' Allah (swt) a confié trois avec Son inspiration ; moi, Gabriel et Mu'awiya ! ''

Et une autre mentionnée par al-Khateeb al-Baghdadi que Abu Hurayra a dite : '' Le Prophète (pslsf) a donné à Mu'awiya un arc et lui a dit : '' Prends cet arc jusqu'à ce que tu me rencontre au Paradis ! ''
Une autre mentionnée par Abul-Abbas al-Waleed bin Ahmad az-Zouzani dans son livre Shajaratul-Aql, de deux manières où Abu Hurayra à dite : '' J'ai entendu le Prophète (pslsf) dire : '' Il y aura un dôme de perle blanche avec quatre portes pour Abu Bakr. Le vent de la miséricorde coule à travers elle. Son extérieur est le pardon d'Allah (swt) et son intérieur est le contentement d'Allah (swt). Chaque fois qu'il aspire à Allah (swt), un obturateur/volet s'ouvre pour regarder Allah (swt) à travers lui. '' ''
Une autre mentionnée par Ibn Habban qu'Abu Hurayra avait dite : '' Quand le Prophète (pslsf) est sorti de la grotte vers Médine, Abu Bakr tenait son étrier. Il a dit : ''Ô Abu Bakr, puis-je te donner de bonne nouvelles ? Au Jour de la Résurrection, Allah (swt) apparaît aux créatures en général et apparaît à toi en privé ! '' ''
Et une qui a été mentionné par Ibn Habban qu'Abu Hurayra a dite : '' Alors que Gabriel était avec le Prophète (pslsf), Abu Bakr passa auprès d'eux. Gabriel dît : '' C'est Abu Bakr. Le prophète (pslsf) dît : ''Ô Gabriel, le connais-tu ?'' Gabriel dît : ''Il est plus connu dans les cieux qu'il ne l'est sur terre. Les anges l'appellent le dissociateur du Quraysh. Il est ton ministre dans ta vie et le caliphe après ta mort. '' ''
Une autre tradition mentionnée par al-Khateeb al-Baghdadi que Abu Hurayra a dite : '' Le Prophète Mohammed (pslsf) a dit : ''Les anges se réjouissaient à la naissance de Abu Bakr. Allah (swt) regarda aux Jardins d'Eden et dît : ''Je jure par Ma Gloire et grandeur/noblesse que je ne ferai entrer personne dans celui-ci sauf qui aime ce nouveau-né. '' '' ''
Une autre mentionnée par Ibn Adiy que Abu Hurayra a dite : '' J'ai entendu le Prophète dire : '' Quand je montais dans les cieux, dans chaque ciel par lequel je suis passé j'ai trouvé qu'il était écrit ; Mohammed est le Messager d'Allah (swt), Abu Bakr est ... '' ''[51] Abul-Faraj ibn aj-Jawzi a mentionné une tradition que Abu Hurayra a dite : '' Le Prophète (pslsf) m'a dit que le Paradis et l'Enfer une fois s'enorgueillissaient. L'Enfer dit au Paradis : ''Je suis meilleur que toi car j'ai les Pharaons, les tyrans, les rois et leurs progénitures.'' Allah (swt) inspira au Paradis de dire : ''Je suis meilleur que toi car Allah (swt) m'a paré pour Abu Bakr. '' '' ''
Et une autre mentionnée par al-Khateeb que Abu Hurayra a dite : '' Un jour le Prophète sortit appuyé sur Ali bin Abu Talib. Ils rencontrèrent Abu Bakr et Omar. Le Prophète dît à Ali : ''Aimes-tu ces deux hommes ?'' Ali (psl) dît : '' oui, je les aime. '' Le Prophète (pslsf) dit à Ali (psl) :''Aimes les afin d'entrer au Paradis ! '' ''
Une autre mentionnée par al-Khateeb dans son livre Histoire de Baghdad et par Ibn Shahin dans son Sunan de deux manières que Abu Hurayra a dite : '' J'ai entendu le Prophète (pslsf) dire : '' Il y a dans le ciel le plus bas quatre-vingt-mille anges demandant à Allah (swt) de pardonner quiconque aime Abu Bakr et Omar et dans le second ciel il y a quatre-vingt-mille anges maudissant quiconque déteste Abu Bakr et Omar. '' ''
Une autre tradition mentionnée par al-Khateeb que Abu Hurayra a dite : '' J'ai entendu le Prophète (pslsf) dire : '' Allah (swt) a soixante-mille anges dans le ciel maudissant quiconque maudit Abu Bakr et Omar. '' ''
Toutes ces traditions sont fausses. Tous ceux qui les ont mentionné déclarent à l'unanimité qu'elles étaient invalides.
As-Sayouti a arrangé toutes les traditions fabriquées selon leurs séries de narrateurs et de textes dans son livre al-La'ali al-Massnou'a. Mais ils ont toujours défendu Abu Hurayra en blâmant les autres qui rapportaient de Abu Hurayra selon leur point de vue que tout Musulman ayant vu le Prophète (pslsf) ou ayant rapporté de lui était infaillible ! Ils ont fait la même (chose) avec tout ce que l'imagination de Abu Hurayra avait inventé, comme cette parole : '' J'ai entendu le Prophète (pslsf) dire : ''C'est Gabriel me disant, d'Allah (swt), que quiconque aime Abu Bakr et Omar est un pieux croyant et quiconque les déteste est un hypocrite escroc. '' ''[52]
Abu Hurayra a dit : '' Le Prophète (pslsf) a dit : ''Allah (swt) m'a créé de Sa lumière et a créé Abu Bakr de ma lumière et a créé Omar de la lumière d'Abu Bakr et a créé ma nation de la lumière d'Omar. Omar est la lampe des gens au Paradis. '' ''[53]
Il a aussi dit : '' J'ai entendu le prophète dire : ''Abu Bakr et Omar sont les meilleurs des premiers et des derniers Musulmans. '' ''[54]
Et sa parole : '' Le Prophète a dit :'' Mes compagnons sont comme les étoiles. Quiconque imite certains d'entre eux sera guidé. '' '' [55]
Et sa parole : '' Le Prophète (pslsf) a dit : '' Il y avait un chapitre dans la Bible me décrivant moi et mes compagnons ; Abu Bakr, Omar, Othman et Ali... comme des semences qui mettent en avant leurs pouces.'' '' [56]
Et de nombreuses autres où il a laissé son imagination aller par-ci par-là pour les inventer. Les livres de Hadiths d'Al-Bukhari et de Muslim[57] en contiennent beaucoup beaucoup de semblables.


Notes: :

[51] Aussi mentionné par al-Khateeb dans son livre 'Histoire de Baghdad', vol.5, pg.445.
[52] Cette tradition était considérée à l'unanimité comme étant fausse.
Ath-Thahabi a mentionné cette tradition dans son livre Mizan al-I'tidal (dans la biographie d'Ibrahim bin Malik al-Ansari) et a dit que c'était faux. Chacun utilisait la nullité pour combattre la droiture, il, sans aucun doute, perdrait.
[53] Cette tradition était aussi considérée comme étant fausse à l'unanimité. Ath- Thahabi l'a mentionné dans son livre Mizan al-I'tadal (la biographie d'Ahmed as- Samarqandi). S'y référer pour voir qu'elle ( la tradition) était fausse et qu'elle est en contradiction avec le Saint-Coran. Et ils ont perdu, ceux qui voulait cacher la droiture claire par la nullité honteuse.
[54] Celle-ci est comme les deux précédentes en nullité. Ath-Thahabi l'a mentionné dans Mizan al-I'tidal
( la biographie de Jeiroun bin Waqid ) et a dit qu'elle était nulle.

[55] Ath-Thahabi a mentionné cette tradition dans son Mizan ( la biographie du juge, Ja'far bin abdul-Wahid) et a dit que c'était l'une des afflictions d'Abu Hurayra.
[56] Elle a été mentionnée dans le Mizan de ath-Thahabi (la biographie de Muhammad bin Musa bin Atta' ad-Dimyatti) mais ils ont toujours blâmé les autres qui rapportaient de Abu Hurayra ! La tradition inclut un verset Coranique, 48:29.

[57] Musulman, ici, est un nom pour quelqu'un qui collectait les Hadiths dans un livre appelé Sahih.


Remerciant Les Faveurs des Omeyyades


Les Omeyyades ont asservi Abu Hurayra par leurs faveurs. Ils se sont approprié son ouïe, sa vue et son cœur et l'ont rendu docile. Donc il était le média de leurs politiques. Il changeait selon leurs tendances. Parfois il inventait des traditions pour montrer leurs vertus et parfois il fabriquait des traditions montrant les vertus des deux califes ; Abu Bakr et Omar selon le désir de Mu'awiya et son groupe oppresseur. Car ils avaient des buts politiques contre l'Imam Ali (psl) et la progéniture du Prophète (pslsf), qui ne se seraient pas réalisés comme ils le pensaient sauf en préférant les deux califes. Par conséquent il avançait dans la fabrication de traditions, dont certaines que nous avons mentionné.
Il y avait beaucoup de traditions que nous n'avons pas mentionné, comme par exemple, la tradition rendant Abu Bakr Amir (Prince) du Hajj dans la neuvième année de l'Hégire, l'année où la Sourate de Bara'a a été révélée au Prophète (pslsf), et la tradition disant que les anges parlaient avec Omar. La politique de conquête des Hashémites des Omeyyades faisait recourt à la confirmation/validation et la propagation de ces deux traditions autant que Mu'awiya et ses assistants le pouvaient. Ils l'ont fait par tout les moyens qu'ils pouvaient jusqu'à ce que tout les livres Sunnites de Hadith (Sahih) les mentionnent en tant que vraies traditions. Parfois, Abu Hurayra coupait les traditions concernant l'Imam Ali (psl) pour déformer leur signification, comme sa parole : '' J'ai entendu le Prophète dire : ''Le soleil n'a été retenu ou renvoyé pour personne excepté pour le Prophète Usha' bin Noon (Joshua) quand il marchait vers Jérusalem la nuit. '' ''[70]
Et sa parole : '' Quand le verset Coranique ( Et préviens tes relations les plus proches) [26:214] a été révélé, le Prophète s'est levé et a dit: ''Ô peuple de Quraysh,... '' '' Abu Hurayra a coupé la tradition et n'a pas mentionné tout le texte pour le déformer selon ce qu'exigeait la politique des Omeyyades. Nous n'avons rien à dire excepté qu'il n'y a aucune puissance sauf en Allah (swt) ! Et sa parole : ''Le Prophète a dit : ''Mes héritiers n'héritent pas de ce que j'ai laissé.'' ''
Et : '' Le Prophète Mohammed (pslsf) a dit à son oncle Abu Talib : ''Dis qu'il n'y a pas de dieu sauf Allah (swt) ...jusqu'à ce qu'Allah (swt) révéla au Prophète ( Assurément tu ne peux guider ceux que tu aimes..) [28:56] '' '' et beaucoup d'autres traditions fabriquées. Ils avaient l'habitude d'assouvir l'Imam Ali (psl) et la famille du Prophète (pslsf).
L'Imam Abu Ja'far al-Iskafi[71] a dit : '' Mu'awiya a forcé certains des compagnons du Prophète (pslsf) et certains des successeurs des compagnons à rapporter de mauvaises traditions au sujet d'Ali pour le diffamer et le désavouer. Il leur donnait des pots de vin pour ça. Alors ils fabriquaient ce qui le satisfaisait. Parmi eux était Abu Hurayra, Amr bin al-Aass, et al-Mugheera bin Shu'ba. Parmi les successeurs étaient Urwa bin az-Zubayr..'' Abu Ja'far al-Iskafi a également dit[72] :'' Quand Abu Hurayra est venu en Iraq avec Mu'awiya durant l'année de (Jama'a), il est venu à la mosquée de Kufa. Quand nous avons vu que beaucoup de gens étaient venu pour le recevoir, il se mit à genoux et frappa sa tête avec ses mains plusieurs fois et dît : ''Ô peuple d'Iraq, vous dîtes que je fabrique les paroles d'Allah (swt) et Son Messager d'être en Enfer. Je jure par Allah swt que j'ai entendu le Prophète dire: "Chaque apôtre avait un sanctuaire, Mon sanctuaire est Médine. Quiconque corrompt à Médine, sera maudit par Allah swt, les anges et tous les gens. Je jure par Allah swt qu'Ali a corrompu là-bas !"
Quand Mu'awiya l'a entendu dire ça, il l'a approuvé, l'a récompensé, et l'a fait wali de Médine.''[73]
Parfois il inventait des traditions défendant les Omeyyades hypocrites, qu'Allah (swt) et Ses Messagers avaient maudit pour protéger la religion et la umma de leur hypocrisie et leur ravage. Mais Abu Hurayra flattait Marwan et Mu'awiya et leurs assistants en
disant :'' J'ai entendu le Prophète (pslsf) dire :'' Ô Allah (swt), Mohammed n'est qu'un être humain. Il devient en colère comme tous les êtres humains. Chaque croyant que j'ai blessé, dont j'ai abusé ou (que j'ai) fouetté, Tu fais de cela une cause pour lui pardonner et le ramène plus proche de Toi au Jour de la Résurrection.''''
Marwan et ses fils faisaient de leur mieux pour propager cette tradition dans de nombreuses manières jusqu'à ce que les livres de Hadith (Sahih, Sunan et Musnad) la mentionnent comme étant une vraie tradition.
Le rôle de Marwan et ses fils en élevant Abu Hurayra à un haut niveau et en le préférant à tous les autres dans la mémorisation, l'exactitude/précision et la piété, a eu son effet jusqu'à nos jours.
Ils ont fait beaucoup de choses pour satisfaire/convaincre les gens que Abu Hurayra était curateur et pieux. L'une d'entre elles était que Marwan prétendait qu'il avait fait s'asseoir son greffier dans un endroit secret où il ne serait vu par personne du tout et appelait Abu Hurayra pour qu'il y vienne. Il commençait à lui demander au sujet de beaucoup de choses. Il lui a demandé beaucoup trop de questions. Abu Hurayra répondait avec les traditions du Prophète (pslsf) et le greffier, dont le nom était Zu'ayza'a, écrivait sans laissez aucune impression de qui que ce soit à son sujet. Il a écrit de trop nombreuses narrations. Marwan attendait pendant une année puis appelait Abu Hurayra et lui posait les mêmes questions. Il répondait avec les mêmes réponses, pas un mots de plus, pas un (mots) de moins. Marwan et son greffier ont propagé ce mensonge parmi les gens de Damas pour atteindre partout jusqu'à ce que al-Hakim le mentionne dans son livre al-Mustadrak, vol.3, pg.510.
Et cela quand Marwan voulait ramener ses cavaliers et soldats afin de ne pas laisser les Hashémites inhumer/enterrer l'Imam Hassan à côté de son grand-père, à la tombe du Prophète Mohammed, il a préconçu avec Abu Hurayra que ce dernier s'opposerait à Marwan et le blâmerai sévèrement devant les gens pour les tromper et pour les rendre persuadés que Abu Hurayra était un homme véridique. (Qu') Il n'avait peur de personne sauf Allah (swt) et Son Messager et que personne ne pourrait se tenir contre lui quand il devient en colère pour l'amour d'Allah (swt) et Son Messager.
Quand Abu Hurayra a fait son opposition, Marwan a montré sa colère. Il y avait un faux argument et une fausse rage entre les deux. Abu Hurayra protestait fortement contre Marwan justifiant qu'il (Abu Hurayra) avait une position spéciale auprès du Prophète[74] qu'aucun des compagnons du Prophète (pslsf) ou de ses proches n'avaient et qu'il avait la capacité de percevoir et mémoriser du Prophète par lesquelles il surpassait les premier Musulmans comme Omar, Othman, Ali, Talha, as-Zubayr et les autres. Il se laissait aller plus loin dans la description de ses aspects, qui composaient pour lui les plus hauts rangs des compagnons proches. Alors le désaccord entre eux s'est fini et Marwan s'est soumit à la grande position de Abu Hurayra dans l'Islam et son haut rang dans la connaissance de la Sunna. Tout ça se passait devant les gens. Le plan avait marché et Marwan allait utiliser Abu Hurayra comme prétexte pour combattre l'Imam Hassan, l'Imam Hussein, leur père et leurs fils. Ca a été la propagande la plus réussie pour leurs politiques. {Malheur, alors, à ceux qui écrivent un livre de leurs mains et disent ensuite : Ceci est d'Allah (swt), de sorte qu'ils puissent en tirer un petit prix ; donc malheur à eux pour ce que leurs mains ont écrit et malheur à eux pour ce qu'ils gagnent.}. 2:79.

Notes:

[70] Al-Khateeb dans son livre Histoire de Bagdad, vol.7, pg.35, et vol.9, pg.99.

[71] Sharh Nahj al-Balagha al-Hameedi, vol.1, pg.358.

[72] ibid, vol.1,pg.359.

[73] Sufyan ath-Thawri a rapporté de Abdur-Rahman bin Qassim de Omar bin Abdul- Ghaffar que lorsque Abu Hurayra est venu à Kufa avec Mu'awiya, et s'est assit à la porte de Kinda durant la nuit, les gens s'assoyaient autour de lui. Un jour un jeune homme de Kufa- il se peut qu'il soit al-Asbagh bin Nabata- est venu et lui a dit : ''Ô Abu Hurayra, je te demande, par Allah (swt), si tu as entendu le Prophète dire à (propose d') Ali ibn Abu Talib : ''Ô Allah (swt), soutiens quiconque le soutien et soit un ennemi de quiconque s'oppose à lui. '' Abu Hurayra a dit :'' Oui, je l'ai (entendu).'' Le jeune homme a dit :'' Je jure par Allah (swt) que tu as soutenu ses ennemis et que tu t'es opposé à ses assistants.'' Puis il est parti.
[74] Dans une tradition mentionnée par Ibn Sa'd et Ibn Hajar dans son Issaba. Nous allons commenter cette tradition dans un prochain chapitre du livre.[/align]


Téléchargez en PDF:

http://www.mediafire.com/download/4rx0yiia8rcig1g/Abu_Hurayra.pdf

Traduit par le frère Franck et la soeur Yasmine Noor ElHooda


O Allah envoie Tes prières sur Muhammad et la Famille de Muhammad, les Imams et les Mahdis
Y- Yamani et Yawmiates (Mémoires).

Salam, Le récipiendaire. Y-13. Il est aussi[…]

N- Nostradamus.

Salam, Au détriment des associateurs. N-7. […]

Q- Le Mahdi dans le Coran.

Salam, L’Astre perçant. Q-26. La lumière d[…]